Le Béarn

Le Béarn, anciennement dénommé  « la cité des Venarni » ou « Beneharnum », compte un peu plus de 366 000 habitants répartis sur 4 672 km². Pau, sa préfecture, est une ville riche en histoire. Oloron, Laruns, Arette, Orthez, Morlaas sont autant de villes de montagne ou de plaine qui maillent le territoire béarnais. Le Béarn, qui a plus de 1000 ans d’existence, est un ancien État souverain puis une ancienne province française à la suite de son rattachement au royaume de France en 1620. Depuis 1790, le Béarn fait partie du département des Pyrénées-Atlantiques.

Histoire du Béarn

C’est un seigneur du Moyen Age, Centulle, qui en a fait dès le début une région très indépendante et autonome, en conquérant, depuis la capitale d’alors, Morlaàs, la région d’Oloron puis les vallées pyrénéennes.

Vint ensuite le règne de la lignée des Gaston (dont le plus célèbre, Gaston Fébus) qui au fil des conquêtes, feront la richesse du Béarn, et construiront Abbayes et sentiers conduisant à Compostelle. Au titre d’un jeu d’alliances, Gaston Fébus deviendra même roi de Navarre, couronné à Pampelune.

Catherine d’Albret, sa tante, lui succèdera après sa mort, et malgré les velléités de Charles Quint, les Albret, très puissants, conserveront longtemps un royaume important et le titre de « Rois de Navarre », ils installeront à Pau le Cour Majour qui deviendra plus tard le Parlement de Navarre. Quand Jeanne d’Albret donne naissance à son fils, Henri III de Navarre, elle ne sait pas encore que celui-ci, lorsqu’il accèdera au trône de France pour devenir Henri IV de France, demandera préalablement l’autorisation de monter sur le trône au Parlement de Navarre. Le Béarn restera encore longtemps souverain.

Ce n’est que sous l’impulsion de Louis XIII que le régime Juridique du Béarn sera enfin modifié. En 1620, le Béarn est alors rattaché à la couronne de France et devient une province Française comme les autres. Autre date importante dans l’histoire du Béarn, le 12 Janvier 1790, l’Assemblée Nationale crée le Département des Basses Pyrénées réunissant les trois provinces Basques (Labourd, Basse Navarre et Soule), les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache et le Béarn. Enfin, en 1969, le département des Basses Pyrénées sera renommé Pyrénées-Atlantiques, il aura fallu plusieurs siècles d’histoire pour que le destin du Béarn se confonde avec l’histoire nationale….

Situation et climat

Grâce à sa situation privilégiée au pied de la chaine Pyrénéenne, le Béarn possède un climat doux, notamment en hiver lorsque le vent de Sud (foehn) franchit les Pyrénées et réchauffe brutalement les contreforts d’Oloron jusqu’à Pau. On peut alors fréquemment franchir les 20° en plein hiver ! Cependant, avec plus de 3000 m de dénivelé entre le point le plus haut et le plus bas de la région, le climat se refroidit bien entendu très vite des plaines Aquitaines vers les sommets, enneigés une bonne partie de l’année.

Économie et activités

Aujourd’hui, si  l’économie béarnaise est tournée notamment vers l’industrie aéronautique ainsi que les géosciences, l’agriculture garde toujours un poids significatif dans le paysage béarnais. L’essor de l’agglomération paloise a également permis le développement d’une activité administrative particulièrement importante.

L’élevage est au cœur de l’activité agricole dans les vallées des Pyrénées béarnaises.

Les vallées béarnaises sont traditionnellement spécialisées dans l’élevage, tandis que le piémont est plus diversifié avec de l’élevage également mais aussi de la culture. La polyculture ainsi qu’un morcellement parcellaire important marquent pendant longtemps le paysage du piémont. La viticulture se développe dès le XIVe siècle dans le Vic-Bilh, entre Morlaàs et Lembeye, ainsi que sur les coteaux de Jurançon et Monein.

Le travail du lin se répand au XVe siècle dans les vallées du gave, prémisse d’une industrie textile porteuse dans la région de Nay notamment. Des exploitations forestières se développent, quant à elles, à partir du XVIIe siècle, en particulier dans les vallées d’Aspe et de Barétous. Le maïs est introduit à partir du XVIIe siècle, il connait un fort succès au XVIIIe siècle et change progressivement les paysages béarnais pour reléguer les autres céréales au second plan.

Gastronomie

D’un point de vue gastronomique, on retrouve toutes les spécialités gastronomiques du sud-ouest, notamment celles liées au canard : le foie gras, le confit, et le magret. Les Béarnais ont aussi développé quelques spécialités, notamment : la poule au pot, la garbure, le fromage de brebis dont l’AOP Ossau-Iraty. Quant au jambon de Bayonne, il est commun au Béarn et au Pays basque car il est préparé à partir des sources de sel de Salies de Béarn et des marais salants de l’ensemble du bassin hydrographique de l’Adour.

Il faut noter que la sauce béarnaise n’est pas originaire du Béarn, mais de la région parisienne.

Le Béarn est une terre viticole de premier ordre avec plusieurs appellations regroupées dans l’AOC Béarn, dont le Jurançon qui est un vin blanc sec ou moelleux. On élabore également des vins rouges appelés « rouges du Béarn » autour de la commune de Bellocq. La zone AOC du Madiran comprend 28 communes béarnaises (dans le territoire du Vic-Bilh), elle permet la production de vins rouges mais aussi de vins blancs avec le pacherenc. Côté sucré, le Béarn compte quelques spécialités dont notamment le gâteau Russe, ou encore le Pastis bourrit (commun avec les Landes). Le bonbon appelé la coucougnette, fait avec des amandes, de la pâte d’amande et du chocolat, est également devenu une spécialité béarnaise depuis plusieurs années.

Pour en savoir plus